MON COMPTE

Déjà membre ?

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ?

Créez votre compte et bénéficiez
de contenus exclusifs et de
services privilégiés !

Toute la vérité sur les sulfates* présents dans vos gels douches


Toute la vérité sur les sulfates présents dans vos gels douches
  • 16/08/2018

Nous passons, en moyenne, dans notre vie, plus de 22 mois à prendre des douches !

Si la douche sert évidemment à se laver, c’est aussi un moment de plaisir, de détente au cours duquel on peut évacuer le stress. Dans l’idéal, elle permet de prendre soin de sa peau et de soi. Pour se faire, il faut pouvoir disposer de produits ultra-doux qui combinent respect, hydratation1 et nutrition de la peau.  

QUE SONT LES SULFATES* ?

Les sulfates ou tensioactifs sulfatés ont une puissante action détergente. Si puissante qu’ils sont couramment utilisés pour le nettoyage industriel des sols et des moteurs.

Mais ils sont également l’ingrédient majeur de nombreux produits lavants de notre salle de bain : gels douches, shampooings, gels nettoyants…

Peu chers, moussants, bons pour la conservation et la stabilité des formules lavantes, ils sont un ingrédient de choix pour les industriels !

 

QUE FONT LES SULFATES* SUR LA PEAU ET LES CHEVEUX ?

Retrouvés dans une grande majorité de douches et shampooings conventionnels, les tensio-actifs sulfatés sont de plus en plus décriés pour leurs effets irritants de la peau et du cuir chevelu.

Il existe des centaines de variétés de sulfates, mais le sodium lauryl sulfate (SLS) et le sodium laureth sulfate (SLES) sont les plus couramment utilisés car ils sont peu onéreux et moussent bien.

Très bien connu pour ses effets irritants, le sodium lauryl sulfate est utilisé comme témoin dans le cadre d’études d’irritations cutanées par les chercheurs en dermatologie.

Considéré comme irritant cutané dès 0.5% de concentration, le sodium lauryl sulfate se retrouve pourtant à des taux de concentration allant de 10 à 30% dans de nombreuses formules lavantes douches et shampooings !

En contact avec les yeux, il provoque des picotement très prononcés.

Utilisé quotidiennement, il favorise l’apparition de comédons en entrainant une surproduction de sébum sur le visage et le cuir chevelu. En plus de les abimer, ce détergent sulfaté rend donc la peau et les cheveux plus gras à la racine. Il provoque aussi en parallèle le phénomène des pointes sèches et cassantes2 . Enfin, accumulé sur la racine des cheveux, son action corrosive peut également favoriser la chute des cheveux3 .

 

Conséquences des dommages cutanés liés à l’emploi des tensioactifs agressifs sulfatés (PIE : Perte Insensibles en Eau) : 

schema-dommages-tensioactifs

POURQUOI LES TENSIO-ACTIFS SULFATÉS SONT-ILS IRRITANTS POUR LA PEAU ?

La corrosivité des tensioactifs sulfatés s’explique notamment par le fait qu’ils altèrent les protéines des membranes des cellules cutanées et oculaires4 . Cela entraîne des réactions irritatives de type picotements et rougeurs.

Par leur action détergente, ces molécules agressent les lipides cutanés, empêchant le film hydrolipidique de jouer son rôle contre la déshydratation cutanée. Par conséquent, les détergents sulfatés déshydratent fortement la peau, ce qui explique bon nombre des tiraillements que l’on ressent après la toilette.

 

SI ÇA NE MOUSSE PAS, EST-CE QUE ÇA LAVE ?

Il faut briser cette idée reçue “Ça mousse beaucoup donc ça lave” !

Enlevons-nous de la tête l’idée que plus un produit est moussant plus il nettoie bien. Une mousse trop abondante marque en fait la présence de puissants détergents avec leurs lots de dommages pour la peau et l’organisme.

Les tensioactifs jouent un rôle dans la constitution de la mousse, sa stabilité, sa rapidité de développement, sa capacité d’expansion ainsi que ses caractéristiques organoleptiques (douceur, onctuosité, caractère crémeux, densité…). Les différents tensioactifs (sulfatés ou non) ne sont pas équivalents en termes de douceur et de production de mousse. Leur douceur et leur pouvoir moussant dépend en partie de la longueur de leur chaîne carbonée.

Généralement, plus un produit lavant mousse, moins il est doux pour la peau. Cela vient du fait que pour qu’il mousse sa chaîne carbonée (donc lipidique) doit être courte donc moins affinitaire avec la peau. Généralement les produits procurant une mousse abondante ne protègent pas la peau de façon optimale. Par ailleurs, les tensioactifs doux génèrent moins de mousse.

Alors bye-bye la mousse abondante irritante ! Votre peau et votre corps vous diront merci !

 

PAR QUOI REMPLACER LES SULFATES* ?

D’après le Docteur Annick Pons-Guiraud, Dermatologue allergologue :

Les tensioactifs peuvent agresser le film hydrolipidique, le NMF, le microbiote, les protéines du stratum cornéum et les lipides de la matrice extracellulaire. Ceci contribue à endommager la barrière cutanée et altérer les mécanismes de fonctionnement de la peau. Ces perturbations peuvent induire une augmentation de la perméabilité cutanée et l’apparition d’une peau sèche, rêche et sensible, voire irritée. D’où l’importance du bon choix des tensioactifs dans une base lavante pour un respect optimal de la barrière cutanée.

En effet, leur nature est primordiale pour la tolérance cutanée du produit. Tous ne sont pas égaux en termes de tolérance.

Un tensioactif comprend une tête polaire (partie hydrophile) et une chaine carbonée (partie hydrophobe). Selon la charge de sa tête polaire, il peut être non-ionique, cationique, anionique ou amphotère. C’est cette différence qui est primordiale en termes de tolérance cutanée.

Le Laboratoire LÉA NATURE a choisi d’associer dans ses douches certifiées bio des tensioactifs reconnus pour leur douceur : le Lauryl glucoside (non ionique) et la Cocamidopropylbetaine (amphotère), au décyl glucoside. La concentration optimale de chacun des tensioactifs a été ajustée afin d’obtenir une bonne viscosité, une mousse fine et crémeuse, un pouvoir lavant satisfaisant, une bonne rinçabilité et la présence d’un film résiduel protecteur.

 

 

COMMENT TROUVER UNE DOUCHE OU UN SHAMPOOING SANS SULFATE* ?

On pourrait se dire “j’achète une douche bio, elle sera sans sulfate” ! Mais malheureusement, si de nombreuses douches certifiées bio sont sans sulfate, le cahier des charges Ecocert n’oblige pas à formuler sans sulfate.

C’est là que commence le casse-tête ? Pas vraiment, car leur nom INCI se termine par –sulfate. Donc il suffit de lire la liste INCI du produit pour les y trouver.

Si ce décryptage vous semble trop fastidieux, achetez une douche ou un shampooing Natessance® ou Eau Thermale Jonzac®, ils sont tous SANS SULFATE* !!

 

*Tensio-actifs sulfatés – 1 Hydratation des couches supérieures de l’épiderme – 2 Source : CássiaComis Wagner R, Joekes Hairproteinremoval by sodium dodecyl sulfate. Colloids Surf B Biointerfaces. 2005 Mar 10;41(1):7-14 – 3 Source : U.S. National ToxicEncephalopathyFoundation – 4 Source : (Lee C H, Kim H W, Han H J, Park C W. « A comparison study of nonanoic acid and sodium lauryl sulfate in skin irritation,« Exog Dermatol 2004;3:19-25) (Marrakchi S, Maibach Sodium lauryl sulfate-induced irritation in the human face: regional and age-relateddifferences. Skin PharmacolPhysiol. 2006;19