MON COMPTE

Déjà membre ?

Mot de passe oublié ?

Renforcer votre mot de passe ?

Pour une meilleure sécurité de votre compte, votre mot de passe doit contenir au moins 8 caractères dont : majuscule, minuscule, chiffre et caractère spécial ! @ # & *

Je modifie mon mot de passe

Pas encore membre ?

Créez votre compte et bénéficiez
de contenus exclusifs et de
services privilégiés !

Encourageons la création de nature avec le programme Biodiversité !


Agissons pour la nature avec la FNH
  • 27/08/2021

Depuis sa création, en 1990, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme (FNH) soutient celles et ceux qui œuvrent au quotidien pour la transition écologique et solidaire de nos territoires.

En 30 ans, ce sont ainsi plus de 3 000 projets qui ont été soutenus financièrement. Parmi ces projets, certains ont pu bénéficier d’un accompagnement technique de la FNH, afin de favoriser leur déploiement à plus large échelle.

Au fil des années, à l’écoute des volontés d’agir qui s’expriment au sein de la société et de l’urgence galopante des défis écologiques et climatiques, la Fondation a fait évoluer ce métier historique de « soutien à l’action » vers une volonté : celle de créer des vocations, de révéler le potentiel de chacun.

C’est ainsi qu’en 2021, face à la disparition sans précédent de la biodiversité et de ses conséquences dramatiques sur l’équilibre des écosystèmes de la planète impactant les services qu’elle nous rend (alimentation, santé…) et le bien-être qu’elle nous procure, la Fondation initie un nouveau programme à destination des jeunes.

Favoriser le passage à l’action pour inciter le plus grand nombre à devenir créateurs de nature

Ce programme entend systématiser l’action citoyenne en faveur de la biodiversité autour de 4 types d’action, identifiés pour leur utilité et leur accessibilité, partout en France :

  • Les plantations citoyennes : depuis 1950, 70 % des haies agricoles ont disparu et cette érosion se poursuit au rythme effréné de 11 500 km par an ! Elles sont pourtant de formidables adjuvants des cultures en retenant l’eau, abritant une biodiversité variée, filtrant les polluants, protégeant les sols de l’érosion.
  • La création de mares : en 10 ans, 41 % des sites humides emblématiques se sont dégradés en France. Pourtant, une zone humide, si petite et « ordinaire » soit-elle, est un sanctuaire pour une faune sauvage riche faite d’insectes pollinisateurs, d’amphibiens, d’oiseaux migrateurs… Tous y trouvent refuge pour se reproduire ou se nourrir.
  • Les pépinières de quartier : les bienfaits de la nature en ville ne sont plus à démontrer : corridor écologique, zones de fraîcheur, caractère apaisant… Nous avons tous besoin de nature, d’autant plus au sein des pôles d’urbanisation qui ne cessent de croître.
  • Les centres de soins de la faune sauvage : oiseaux, hérissons ou chauves-souris… ils sont des dizaines de milliers à bénéficier de soins chaque année. Malheureusement, les centres qui recueillent les animaux blessés sur la voie publique sont souvent en grande difficulté et de moins en moins nombreux.

Encourager les vocations des jeunes en faveur de la nature

Pour encourager les vocations existantes, notamment d’une jeunesse qui exprime de plus en plus sa volonté d’agir, la Fondation déploie depuis début 2021 le premier volet du programme. À raison de deux appels à projets par an, les 15-35 ans peuvent soumettre leur projet, parmi les 4 types d’actions encouragés par la FNH. À l’issue d’un jury organisé au printemps et à l’automne, les jeunes « créateurs de nature » peuvent être soutenus à hauteur de 1 000 euros. Une aide précieuse pour concrétiser une première initiative.

Pour déclencher des vocations nouvelles, la Fondation déploiera prochainement le second volet de son programme. Ouvert à tous, il prendra la forme d’un parcours d’engagement visant à donner à chacun les moyens de devenir des créateurs de mares, de pépinières de quartier ou des planteurs de haies. Des supports didactiques digitaux pour acquérir les bases, ainsi que des échanges « en présentiel » avec des experts permettront d’affuter ses connaissances. Ce second pilier du programme devrait voir le jour fin 2021.

> Protéger la biodiversité, un enjeu majeur